Adulte, Fantasy, Lectures, Séries, Séries en Cours, Young Adult

Les Tribulations d’Esther Parmentier T.01 – Cadavre Haché, vampire fâché

de Maëlle Desard | ed. Rageot | YA/Urban Fantasy
T.1/? | 381 pages

4è de couv

Esther Parmentier, 19 ans, a quitté sa Bretagne natale pour un stage à Strasbourg dans une société informatique quand elle est repérée par l’Agence de Contrôle et de Détection des Créatures Surnaturelles. Car Esther est une sorcière. A peine remise de cette découverte, et des tests visant à déterminer ses capacités, Esther apprend qu’elle n’a pas plus de pouvoirs qu’une allumette mouillée. Sa note sur l’échelle des pouvoirs est historiquement basse  : 2 sur 82. Mais Esther est dotée d’un caractère de cochon, de solides capacités de déduction et est capable de résister aux pouvoirs de séduction des Créatures.
Malgré son faible score, l’Agence décide donc de l’embaucher comme stagiaire.
Seul bémol à cette nouvelle vie trépidante au sein d’une Agence où Esther côtoie un loup-garou alpha, une sorcière surpuissante, un djinn séducteur, une goule affamée, un fantôme accro aux jeux de rôle, elle va devoir faire équipe avec l’agent Loan, désagréable mais néanmoins très séduisant vampire, qui la considère de haut. Il va pourtant bien falloir qu’ils collaborent, car l’affaire du Ghost Challenge affole l’Agence  : des adolescents disparaissent régulièrement et sont transformés en vampires. Un mouvement séparatiste au sein des Créatures serait à l’origine de ces mutations…


Mon avis

Après le fiasco de Trois mages et une margarita, retenter de l’Urban Fantasy (YA par-dessus le marché !), ça tient du sadomasochisme 😆. Et pourtant, je me félicite d’être aussi têtue ! Ce premier opus des aventures d’Esther Parmentier m’a fait passer un excellent moment. Ça faisait longtemps que je n’avais pas autant rigolé avec un livre et ça fait du bien 😊.

Je ne vais pas vous refaire la 4e de couv’. Rien qu’en la lisant, vous pouvez m’accuser de trouble dissociatif de l’identité 😆. Car oui, il y a à peine deux semaines, je pestais contre ce genre de scénario et paf! voilà que j’arrive, des coeurs plein les yeux, avec exactement le même type d’histoire 😅. Il y a de quoi vous embrouiller et moi avec. Croyez-moi, je me sens comme un mâle hétéro face à l’agent Loan… toutes mes bonnes vieilles certitudes envolées. Visiblement avec moi, tout est une question de ton/style/écriture (ici satirique/humoristique) et d’alignement de planètes.


Un sympathique monsieur me fit signe d’approcher.
— Vous êtes là pour le super bingo ? me lança-t-il avec un enthousiasme excessif. Mais son sourire se fana quand l’agent Loan apparut derrière moi, et je le vis remettre en doute un demi-siècle d’hétérosexualité. Le vampire faisait toujours cet effet-là.
— Ouaip, on est là pour le super bingo.


Tout d’abord, je vous confirme, on retrouve bien ici tous les aspects de l’Urban Fantasy/Paranormal Romance + tous ceux du YA (un combo terrifiant quand on y pense 😱) : le récit à la première personne, la jeune sorcière à fort caractère qui s’ignore (et qui va donc découvrir un monde de magie), la description par le menu de toutes les garde-robes de tout le monde et bien sûr, le vampire sexy/mystérieux de service. Sur le papier et vu mes goûts, cette lecture aurait dû être un désastre. (D’ailleurs, je pense que c’est le genre de récit qui passe ou casse selon votre type d’humour ou votre sensibilité du moment.) Et pourtant, je me suis éclatée ❤️. Le ton est sarcastique et en même temps super frais, et puis surtout, j’ai accroché direct avec Esther, ce qui aide énormément (le fait qu’elle soit grosse et geek a été un plus indéniable 👍).


La télé vous manipule quand elle vous montre à longueur de journée des gens heureux en été. La personne lambda qui se réveille à 7 heures et voit déjà le mercure atteindre les 33 °C ne chantonne pas en tartinant sa biscotte de beurre plein de bons oméga-3.
Non. Elle fait le deuil de sa dignité, comme tout un chacun, et vérifie trois fois qu’elle a pensé à prendre du déo dans son sac.


En parlant d’elle, outre qu’elle est hors des morphologies habituelles que l’on rencontre dans ce type de récit et ça fait bien plaisir, elle est très vraie dans ses problèmes de tous les jours. Ce n’est pas la fausse moche (la nana qui se trouve hyper moche, mais qui, surprise surprise !, répond à tous les critères de beauté de notre société) et dont tous les mecs vont tomber amoureux (et qui ne va jamais aux toilettes). D’ailleurs, il n’y a pas vraiment de romance dans ce tome-ci même si je vois venir le truc d’ici un tome ou deux 👀. Elle est attachante avec sa manie de râler sur tout et de ne pas se laisser démonter. Surtout, elle a oublié d’être stupide, même si elle a un peu trop tendance à se laisser envahir par ses émotions. De toute façon, comme je l’ai dit plus haut, ça passera ou pas. Si vous venez me dire « Punaise, qu’est-ce qu’elle est chiante ! », je comprendrai d’où ça vient 😁.
Un autre point qui pourra potentiellement poser problème à certain.es, c’est qu’Esther fait tout le temps allusion à son poids, avec humour et sarcasme, mais c’est là. Étonnamment, ça ne m’a pas gêné (en tout cas pas au point d’abandonner ma lecture) car, je comprends d’où ça vient et ce que ça dit du quotidien d’une femme grosse dans notre société. J’ai souvent ce genre de réflexions sur moi-même avec le même type d’humour, mais c’est quelque chose dont j’essaie de me défaire, parce que, tel que je le vois, c’est de la grossophobie intériorisée. Du coup, je préfère prévenir, car en toute autre circonstance, ça m’aurait vraiment énervée, voire blesser.


À ma grande surprise, l’agent Loan passa son bras par-dessus mon épaule, et l’attention se concentra soudain sur moi. Je me sentis comme un kiwi dans une boîte d’œufs : ronde, disproportionnée et fichtrement poilue.


Point de vue univers et intrigue, on est dans du classique avec une petite patine franchouillarde que j’ai bien apprécié 😁. Si vous avez déjà lu de l’Urban Fantasy, vous retrouverez vos petits sans problème. On a les goules, les banshees, les djinns, les vampires, des sorcières, un univers de Fays parallèle au nôtre et des organisations secrètes qui régentent tout ça. (J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les fantômes et leur fonction 👍👻. Team #Mozzieforever \(★ω★)/)
Ce 1er tome est avant tout introductif et sert d’excuse à la découverte des personnages et leurs dynamiques. N’y allez pas en espérant une intrigue hyper pointue et complexe. On est dans du léger, du foufou qui part un peu dans tous les sens avec une histoire orientée plus perso qu’autre chose (et ça fait très bien le job).
Enfin, j’en ai déjà parlé, mais le ton et l’écriture sont ce que j’ai préféré. L’autrice a su transformer des clichés qui d’ordinaire m’insupportent et, sérieusement, merci pour tous ces fous rires ❤️.

Pourtant, même si j’ai adoré l’humour, il y avait des fois où j’avais besoin de reprendre mon souffle tellement il y avait de punchlines à la seconde 😅👵. C’était parfois beaucoup trop. Ensuite, dans les autres trucs à noter, c’est très référencé Pop/Geek Culture. Perso j’ai zéro souci avec ça, mais ça peut éventuellement rebuter certaines personnes (mais l’autrice explique certains termes dans les notes de fin de chapitre si ça peut aider). Et… c’est à peu près tout. 😁

Du coup, je vous recommande cette lecture drôle et 100% sans prise de tête, mais j’ai parfaitement conscience qu’il n’aurait pas fallu grand-chose pour que je déteste. Donc, chapeau à l’autrice qui, avec juste le ton qu’il fallait et une écriture bien mordante, a réussi là où tant d’autres ont échoué ! 👏 Je croise les doigts pour que ça se passe aussi bien avec le tome 2 🤞😊.


Avant de me déshabiller, je rouvris la porte rapidement et passai la tête au travers.
— Personne ne rentre, hein !
— Personne ne voudrait s’infliger ça, stagiaire Parmentier, persifla l’agent Loan depuis la cuisine.
Sombre imbécile confit au sucre et profanateur de cadavre. 


4 réflexions au sujet de “Les Tribulations d’Esther Parmentier T.01 – Cadavre Haché, vampire fâché”

  1. Je lis très peu d’urban fantasy, mais j’avais adoré les deux premiers tomes d’Esther Parmentier. Je trouve que l’autrice a réussi à reprendre les codes du genre, mais en se les appropriant avec un univers que j’ai beaucoup aimé. J’ai adoré le personnage d’Esther et le fait qu’il y ait énormément de punchlines d’affilée. Je me doute que cela peut déplaire, mais je dois admettre que c’est ce que j’ai préféré 😊 J’espère que le tome suivant te plaira tout autant !

    Aimé par 1 personne

    1. Tout pareil ! 😄 Pour les punchlines, je pense qu’on s’y habitue, parce le second tome est passé crème (oui, je l’ai lu dans la foulée 😂).
      C’est vraiment une chouette découverte et j’ai hâte de lire le tome 3 maintenant 😁.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s