Adulte, Fantasy, Lectures, Projet Ombre, Recueils, Science-Fiction

[Anthologie] Robots vs Fairies

Anthologie | Saga Press | Fantasy+SF | Nouvelles | VO
Edité par Dominik Parisien & Navah Wolfe
Avec Seanan McGuire, Ken Liu, Tim Pratt, Annalee Newitz, Sarah Gailey, Jonathan Maberry, Kat Howard, Mary Robinette Kowal, Jeffrey Ford, Madeline Ashby, Jim C. Hines, Lavie Thidar, John Scalzi, Delilah S. Dawson, Alyssa Wong, Maria Dahvana Headley, Max Gladstone & Catherynne M. Valente
Illustration de couverture : Amy Sol

4è de couv’

A unique anthology of all-new stories that challenges authors to throw down the gauntlet in an epic genre battle and demands an answer to the age-old question: Who is more awesome—robots or fairies?

Rampaging robots! Tricksy fairies! Facing off for the first time in an epic genre death match!

People love pitting two awesome things against each other. Robots vs. Fairies is an anthology that pitches genre against genre, science fiction against fantasy, through an epic battle of two icons.

On one side, robots continue to be the classic sci-fi phenomenon in literature and media, from Asimov to WALL-E, from Philip K. Dick to Terminator. On the other, fairies are the beloved icons and unquestionable rulers of fantastic fiction, from Tinkerbell to Tam Lin, from True Blood to Once Upon a Time. Both have proven to be infinitely fun, flexible, and challenging. But when you pit them against each other, which side will triumph as the greatest genre symbol of all time?

There can only be one…or can there?

Featuring an incredible line-up of authors including John Scalzi, Catherynne M. Valente, Ken Liu, Max Gladstone, Alyssa Wong, Jonathan Maberry, and many more, Robots vs. Fairies will take you on a glitterbombed journey of a techno-fantasy mash-up across genres.


Mon avis

Dans cette anthologie, qui rassemble énormément de beau monde 🤩, deux univers et deux équipes s’affrontent : la Team Fairies d’un côté et la Team Robots de l’autre. Chaque auteur a choisi son camp et va défendre ses couleurs. Le résultat est un ensemble de 19 textes de grande qualité écrits spécifiquement pour ce défi ❤️🤖🧚‍♀️.

Je vais faire comme d’hab’ : une petite description de chaque nouvelle avec mon ressenti. On se retrouve à la fin pour faire le point :).


Build me a Wonderland
par Seanan McGuire
Mr Franklin est un milliardaire avec un rêve : bâtir un parc d’attractions digne des contes de fées. Il a une vision et tout un tas d’exigences plus farfelues les unes que les autres. Heureusement, il a déniché une équipe d’ingénieurs absolument virtuoses, réalisant le moindre de ses fantasmes pour une bouchée de pain ! Ces sirènes, ces pixies et ces licornes animatroniques sont étrangement plus vraies que nature… 👀
Seanan McGuire (Les enfants indociles, Middlegame) ouvre le bal et ne déçoit pas. Sa vision de ce qui se trame dans les coulisses de son Disneyland est à la fois drôle, triste et émouvante. 👍

Quality Time
de Ken Liu
Dans cette histoire, on va suivre notre narratrice lors de ses premiers pas à WeRobot, une entreprise innovatrice de la Silicon Valley spécialisée dans la robotique de maison (son dernier hit marketing étant un super aspirateur intelligent).
Ce n’est pas son texte le plus marquant, mais j’ai beaucoup aimé cette critique de la Silicon Valley, des innovations technologiques qui apportent plus de problèmes que de solutions, mais surtout (pour la newbie que je suis) toute la démarche derrière la conception d’une IA. Ce dernier point était vraiment passionnant.

Murmured under the moon
de Tim Pratt
Emily Yuan est l’unique humaine à la tête de la section Rare and Sentient Special Collections de la libraire des fées. Une tâche qu’elle prend très au sérieux, ce qui lui a valu le respect des autres créatures magiques du lieu (livres animés et change-forme compris). Alors, lorsque ses précieux livres sont mis en danger, elle n’hésite pas deux secondes à partir à la rescousse !
Je n’avais encore jamais lu cet auteur (dont le Doors of Sleep est dans ma wishlist depuis une éternité 😅) et c’est plutôt une bonne surprise. D’un point de vue intrigue, ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais l’univers et les personnages compensent largement cette faiblesse.

The Blue Fairy’s Manifesto
d’Annalee Newitz
Ce texte est une ré-écriture à la sauce robotique de Pinocchio. Un drone nommé Blue Fairy va « réveiller » un robot d’une chaîne de construction de jouets nommé RealBoy afin qu’il rejoigne sa cause révolutionnaire. Tandis que Blue Fairy, anarchiste et anti-humain à fond, veut absolument convertir RealBoy à sa cause, ce dernier va se mettre à se poser des questions et à réfléchir par lui-même.
Annalee Newitz (Autonome) a voulu, à travers ce conte revisité, montrer comment se créer une opinion politique et comment résister au brainwashing idéologique afin de se créer sa propre opinion. C’était super intéressant.

Bread and milk and salt
de Sarah Gailey
Une créature féérique raconte comment iel est tombé.e sous le charme d’un petit garçon. Au départ, iel avait l’intention de l’entraîner dans son royaume pour « s’amuser », mais sans y prendre garde, la créature va se retrouver piégée à son propre jeu.
C’est un petit conte bien macabre que Sarah Gailey (Magic for liars, The echo wife) nous tisse avec beaucoup de talent. Ses « fées » sont loin d’être mignonnes et bienveillantes. Certains humains non plus. 😁🖤

Ironheart
de Jonathan Maberry
Duke est un vétéran bien abimé par la guerre qui lui a pris son coeur, sa santé et sa joie de vivre. Son corps rejette son coeur de métal le rendant malade alors que la ferme familiale (à deux doigts du dépôt de bilan) aurait bien besoin de son aide. Les robots qui les aidaient sont tous tombés en panne. Il ne reste plus que FarmBoy qui, à l’image de Duke, est sur le point de s’éteindre.
Jonathan Maberry nous offre une histoire très émouvante sur ce qui nous motive à vivre malgré nos dysfonctionnements. Et il pose la question de qu’est-ce qui nous différencie des machines. Très beau et très triste 😭💔.

Just another love song
de Kat Howard
Dans une réalité où les êtres féériques se sont adaptés et intégrés discrètement à la société humaine, on suit une banshee qui chante dans la rue pour gagner sa croûte et vit en colocation avec une brownie (créature magique du foyer). Alors que la disparition de plusieurs êtres magiques inquiète la communauté, notre banshee croise un humain immunisé à ses pouvoirs.
Kat Howard (Books of Magic, An unkindness of magicians) nous livre de la bonne Urban Fantasy. Tout comme Murmured under the moon, l’intrigue est classique, mais ça se lit très bien.

Sound and fury
de Mary Robinette Kowal
Notre vaisseau est en mission diplomatique pour le compte du Consortium of Worlds, direction une planète de plus à indexer. Pour les aider à gagner les « négociations », ils transportent un robot géant ainsi que la diplomate qui va avec. Jela, cheffe ingénieur, aimerait juste que cette mission s’achève afin de rejoindre son lit, son chat et un bon bouquin. Oui, mais voilà, rien ne va se passer comme prévu ^^’.
C’est mon premier texte de cette autrice très appréciée sous nos latitudes (Lady astronaute, Vers les étoiles) et c’est un de mes préférés. Léger, fun et avec un robot géant 😍🤖. Que demander de plus ?!

The bookcase expedition
de Jeffrey Ford
Sur ses vieux jours, notre narratrice s’est mise à voir le petit peuple féérique vivant sous son toit. Elle commence donc à les observer. Un soir, une petite troupe décide de partir à la conquête de sa bibliothèque.
Un texte que j’aurai pu/du adorer, mais qui n’a pas réussi à me toucher.

Work Shadow/Shadow Work
de Madeline Ashby
Quelque part en Islande, une vieille sorcière se voit imposer par sa fille un assistant robot. Ce dernier devra jongler entre lui faire à manger et l’aider dans ses rituels. Une compréhension mutuelle va s’installer.
Je découvre cette autrice à travers ce texte doux-amer, mais non dénué d’humour. Elle donne le point de vue du robot sur cette vieille dame pétrie de croyances et avec un certain statut dans sa communauté, mais considérée par sa fille et les « gens normaux » comme folle. Une fois de plus la team robot nous offre un texte passionnant que j’ai adoré ❤️.

Second to the left, and straight on
de Jim C. Hines
Angela Davies est une privée spécialisée dans les disparitions d’enfants. Surtout quand ces disparitions s’accompagnent d’un léger bruit de clochette et de poussière de fée.
Jim C. Hines (Magie ex-libris) aborde le mythe de Peter Pan et des enfants qui se perdent dans d’autres mondes et ceux qui restent derrière. Très dur dans ses thématiques et poignant.

The buried giant
de Lavie Tidhar
Dans un futur nébuleux, la poignée d’humains qui a réussi à survivre aux différentes apocalypses et à s’adapter vit en paix. On suit deux enfants qui écoutent (et nous avec) l’histoire d’Oli et du robot géant.
J’adore Lavie Tidhar (Aucune terre n’est promise, Central Station) et cette nouvelle riche en références, en histoire dans l’histoire et en messages fait partie de mes préférées. 🥰

Three robots experience objects left behind from the era of humans for the first time
de John Scalzi
Ce texte consiste en un dialogue entre trois robots en visite sur ce qu’il reste de la Terre. C’est drôle, décalé et très critique sur l’humanité.
Cette nouvelle est fameuse pour son adaptation dans la 1ère saison de Love, Death + Robots sur Netflix. Encore un point pour la team robot !

Ostentation of peacocks
de Delilah S. Dawson sous le pseudo de Lila Bowen
Ce texte nous raconte la rencontre entre Nettie Lonesome, une chasseuse de monstres en plein de coeur du Far West, et 4 fées déguisés en cowboys.
Un texte très divertissant où l’autrice a réussi à bien mélanger l’univers western de sa série The Shadow avec les codes des contes de fées. D’ailleurs, je me note The Shadow ainsi qu’une autre série de Fantasy humoristique co-écrite avec Kevin Hearne, Tales of Pell.

All the time we’ve left to spend
d’Alyssa Wong
Ceux qui viennent à l’hôtel Aidoru retrouvent le temps de quelques heures (hors de prix) leurs idoles disparues. C’est le cas de Ruriko obsédée par la chanteuse du groupe IRIS, Yume, décédée dans un tragique accident.
Un très beau texte (très triste) sur le deuil, l’amour et la culpabilité qui mène à l’obsession.

Adriftica
de Maria Dahvana Headley
Cette histoire est, en gros, une monumentale dispute entre Titania et Obéron, reine et roi des fées. Le tout sous fond d’apocalypse et de rock’n’roll.
De l’Urban Fantasy qui plaira sûrement à beaucoup de monde, mais qui m’a laissé assez indifférente.

To a cloven pine
de Max Gladstone
Voilà un texte particulièrement difficile d’accès, mais heureusement très court, qui mêle monde virtuel et contes de fées. Je vais avoir bien du mal à en faire un résumé donc je préfère laisser tomber ^^’.
Le twist final est très bon, c’est juste dommage que tout soit si inutilement cryptique. Cela me fait d’autant plus mal que c’est un auteur (Les oiseaux du temps) que j’apprécie.

A fall counts anywhere
de Catherynne M. Valente
On assiste ici à un Battle Royal entre fées et robots avec nous, humains, en spectateurs avides.
Un excellent texte avec un très bon twist final malgré une lecture rendue très difficile par des paragraphes entiers en majuscules (j’ai encore une migraine rien que d’y penser 😩).


Malgré quelques déceptions, je suis agréablement surprise de la qualité de cette anthologie. Il y a de très belles choses, surtout du côté de la team robots. Je dois bien admettre que la majorité des textes de la team fairies ne m’a pas autant enthousiasmé, malgré quelques perles. Il faut dire que je connais ce sujet par coeur (en plus, on a quasiment que de l’Urban Fantasy), ce qui laisse peu de place à la surprise, sans compter que j’ai joué de malchance sur certains textes. Ce n’est pas pour casser du sucre sur le dos de la Fantasy, en mode gnagna la SF c’est mieux. Pas du tout 😊. Je n’ai juste pas eu de chance ici. En terme de textes courts de Fantasy, originaux et bien fichus, je recommande toujours la revue Luna Station Quaterly. Mais c’est vrai aussi que niveau IA et robots, j’ai beaucoup plus à explorer et les sujets traités m’ont davantage touchés.

Robots vs Fairies est donc une anthologie que je recommande chaudement, malgré quelques textes peu mémorables.

8 réflexions au sujet de “[Anthologie] Robots vs Fairies”

  1. Je n’avais pas fait gaffe la première fois, mais c’est vrai qu’il y a plein de gens connus dis donc !
    « On assiste ici à un Battle Royal entre fées et robots » : enfin le VS tant annoncé !
    « par des paragraphes entiers en majuscule » : c’est pour symboliser les robots ? 🤖

    Aimé par 1 personne

    1. Pour les paragraphes en majuscules, en effet, c’était pour les (longs) dialogues d’un robot qui représentent à peu près la moitié du texte. Je ne sais pas ce qu’elle a voulu faire avec ce parti pris, mais punaise que c’était pénible. J’ai failli abandonner ma lecture ^^’.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s