Adulte, Lectures, Séries, Séries en Cours, Science-Fiction

A Psalm for the Wild-Built – Monk & Robot T.1

de Becky Chambers | Tordotcom | 160 pages | SF | VO
Prévu en VF chez L’Atalante

4è de couv

It’s been centuries since the robots of Earth gained self-awareness and laid down their tools.
Centuries since they wandered, en masse, into the wilderness, never to be seen again.
Centuries since they faded into myth and urban legend.

One day, the life of a tea monk is upended by the arrival of a robot, there to honor the old promise of checking in. The robot cannot go back until the question of « what do people need? » is answered.

But the answer to that question depends on who you ask, and how.
They’re going to need to ask it a lot.

Becky Chambers’ new series asks: in a world where people have what they want, does having more matter?


Mon avis

L’espace d’un an de Becky Chambers m’avait totalement surprise par sa bienveillance, son optimisme et son côté cocooning. Un roman d’avantage centré sur les personnages et leur train-train quotidien que sur les grosses batailles piou-piou épiques ou les complots capillotractés. Je ne m’y attendais clairement pas et ça m’a fait énormément de bien (j’ai presque sincèrement souhaité une bonne journée à mon voisin, c’est dire). J’expérimentais pour la 1ère fois en SF la lecture feel-good ainsi que le Solarpunk, un genre résolument positif vis-à-vis de notre avenir, à l’inverse du Cyberpunk (et moi). Et bien, c’est exactement ce que j’ai eu le plaisir de retrouver dans A Psalm for the Wild-Built et c’est toujours aussi apaisant et réconfortant, comme une bonne tasse de thé bien chaud un jour pluvieux (sans oublier les muffins !). 😊

Dans un futur lointain, l’humanité a su apprendre de ses erreurs et vit désormais en harmonie avec la nature qui l’entoure. Nous suivons Dex, un⸱e moine d’Allalae (divinité du foyer), en pleine crise existentielle. Etouffant dans les murs de la cité, Dex décide de partir sur les routes et devient un⸱e moine du thé, menant sa roulotte de village en village, apportant écoute, thé et réconfort. C’est ainsi qu’elle rencontre Splendid Speckled Mosscap, un robot. Le premier depuis des centaines d’années, depuis le départ de tous les robots en fait, à entrer en contacte avec un être humain.

Becky Chambers nous embarque dans un monde utopique appelé Panga, marqué par la Transition. Les humains y vivent en cluster, éparpillés dans un monde rendu à la nature. On parle d’un monde où les gens sont foncièrement bons et à l’écoute de leur prochain. Un monde qui porte encore des cicatrices d’un passé industriel et qui n’est pas sans dangers, mais où il fait bon vivre. Les infos sur ce passé viendront petit à petit, laissant de vastes zones d’ombre. Ce qui m’a un peu frustré, mais j’espère que les tomes suivants sauront m’éclairer à ce sujet.
Cependant, malgré ma soif de feel-good et mon amour inconditionnel pour Becky Chambers, l’idée même que l’être humain dans sa globalité arrive à dépasser sa soif de pouvoir, de profit, son confort ou sa xénophobie pour créer ce monde parfait m’a franchement interrogé (Andrea Cort sort de ce corps ! 😅). J’ai le sentiment que l’autrice a été un peu trop optimiste sur ce coup-là, mais j’attends de voir ce que la suite nous réserve.

Beaucoup de choses m’ont plu dans cette lecture. Celle qui m’a le plus touché est certainement le personnage de Dex. Ce qu’iel traverse, cette insatisfaction permanente que rien ne justifie et le sentiment de ne pas trouver sa place quoique l’on fasse. Toute cette frustration envers iel-même m’a énormément parlé. Le fait que cela arrive même dans une société aussi utopique en dit long sur la nature humaine et le talent de Becky Chambers a créé des personnages réalistes et attachants.

Ce qui m’amène à l’autre aspect enrichissant et central de cette novella, les discussions philosophiques avec Mosscap. Ce dernier se pose mille questions sur l’humanité auxquelles un⸱e pauvre Dex complètement dépassé⸱e va essayer de répondre. C’était passionnant, éclairant, drôle et émouvant. Mosscap n’a rien d’un robot tel qu’aurait pu se l’imaginer Dex : curieux envers tout ce qui l’entoure et pas très bon en math. C’est d’ailleurs un personnage très attendrissant que j’ai beaucoup aimé et que je continuerai à suivre avec plaisir. Cependant, je trouve dommage que les IA soient, une fois de plus, humanisées. Je pense qu’il y a plus intéressant à faire à ce niveau-là, mais je ne désespère pas de trouver un jour mon bonheur. Mosscap entre, malgré tout, dans mon panthéon du mignon, en bonne place aux côtés de Totoro. 🤖🌻

Enfin, il y a la beauté du lieu, de cette univers que l’on ne sait pas trop où placé. Est-ce la Terre ou un tout autre monde ? Les paysages que Dex et Mosscap traversent sont sublimes et la végétation est reine.
Un autre élément qui m’a également fasciné, mais qui n’est pas très développé non plus dans ce tome, c’est la religion. Les humains de Panga possède un panthéon très particulier, non dogmatique, que je vous laisse découvrir et qui j’espère sera d’avantage exploré par la suite.

En conclusion, malgré mon cynisme rampant, cette novella a été un vrai bonheur à lire et je la recommande à 1000%. Les amoureux de l’autrice la retrouveront en grande forme, ses détracteurs pourront lui reprocher la même chose et les âmes épuisées un endroit où se reposer et reprendre espoir. Je le redis, mais qu’est-ce que ça fait du bien ! Cette histoire est un baume à l’âme et au coeur. Une oasis dans un désert (avec mojito glacé et massage). En bref, une tasse de thé, un gâteau et le chant des grillons. 😊

“Do robots hold hands?” Dex asked.
“Is that … a thing, for you?”
“It’s not,” Mosscap said. “But I’d very much like to try.”

12 réflexions au sujet de “A Psalm for the Wild-Built – Monk & Robot T.1”

  1. Ah oui, on est même au-delà de la bienveillance, c’est quasiment du « fan-service » à ce niveau-là. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir très envie de le lire, évidemment. ^^
    On sait combien de tomes sont prévus ?

    Aimé par 1 personne

  2. Haha je te rejoins parfaitement sur l’envie soudaine de dire bonne journée aux voisins après avoir lu L’espace d’un an. Je suis aussi de la team négative et l’effet des livres de Becky Chambers est d’autant plus incroyable. Alors évidemment j’ai très très très envie de lire ce livre, encore plus quand on connaît ma passion pour les robots ( d’ailleurs, tu as lu Il y a un robot de le jardin de Deborah Install? ça fait beaucoup de bien aussi!)

    Aimé par 1 personne

    1. 😂 On est bien d’accord ! J’espère que ce cher Mosscap te plaira (ainsi que ce que sont devenus les robots dans ce monde) 😁.
      Je ne connaissais pas « un robot de le jardin », je me le note. Merci à toi 😊.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s