Adulte, Hodder & Stoughton, Jeunesse, Lectures, Mnémos, Science-Fiction, Young Adult

The long way to a small angry planet

de Becky Chambers | ed. Hodder & Stoughton | T.1/4 | Science Fiction | 519 pages | VO
| Dispo en traduction française : « L’espace d’un an » aux ed. de L’Atalante |

The beloved debut novel that will restore your faith in humanity.
When Rosemary Harper joins the crew of the Wayfarer, she isn’t expecting much. The ship, which has seen better days, offers her everything she could possibly want: a small, quiet spot to call home for a while, adventure in far-off corners of the galaxy, and distance from her troubled past.
But Rosemary gets more than she bargained for with the Wayfarer. The crew is a mishmash of species and personalities, from Sissix, the friendly reptillian pilot, to Kizzy and Jenks, the constantly sparring engineers who keep the ship running. Life on board is chaotic, but more or less peaceful – exactly what Rosemary wants.
Until the crew are offered the job of a lifetime: the chance to build a hyperspace tunnel to a distant planet. They’ll earn enough money to live comfortably for years… if they survive the long trip through war-torn interstellar space without endangering any of the fragile alliances that keep the galaxy peaceful.

The Long Way to a Small, Angry Planet est le 1er roman de Becky Chambers, autrice américaine de SF. Tout d’abord publié en auto-édition en 2012 grâce à une campagne Kickstarter, il est ensuite édité par Hodder & Stoughton en 2015. Ce roman lance la série (maintenant terminée) des « Wayfarers » (« Voyageurs » en français, en cours de publication chez L’Atalante). On m’avait promis du feel-good, de la SF optimiste, de la diversité et beaucoup de tolérance… et (je vais spoiler pour les plus pressés) oui, c’est tout ça et ça fait du bien !

La série est située dans l’univers fictif des Galactic Commons, une sorte de puissante alliance d’extra-terrestres à laquelle se sont joints les humains. Son expansion, sa réglementation ainsi que ses échanges diplomatiques seront le moteur de l’intrigue et de l’action mais resteront cependant en trame de fond, l’accent étant d’avantages mis sur le quotidien du Wayfarer. N’allez pas y chercher du grand Space Opera avec des intrigues complexes et de grandes batailles. Il n’y a rien de glamour ou d’excitant, pas d’élu qui va sauver la galaxie entouré de ses sidekicks, rien de tout ça. On a juste un vaisseau tunnelier ordinaire qui creuse des trous dans l’univers avec à son bord un équipage haut en couleur hyper attachant. La richesse du récit se trouve au niveau de la découverte de chaque membre de l’équipage, leur histoire, leur espèce, les épreuves qu’ils traversent à leur niveau et surtout leur relation les uns avec les autres. C’est chouette à lire, émouvant, drôle, sans prise de tête et sans se prendre au sérieux.

Je le répète souvent mais je ne suis pas une grande lectrice de SF et je n’ai pas l’exigence de certains vis-à-vis du « science » de Science-Fiction 😊. Ce qui explique mon enthousiasme face à certaines de mes « découvertes ». Et là, c’est la 1ère fois que je lis de la SF aussi légère, bienveillante et « humaine ». J’ai eu mon lot de SF humoristique avec Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams mais jamais encore quelque chose d’aussi réconfortant. C’est le genre de lecture qui fait du bien à l’âme et qui redonne espoir en « l’humanité » et en cette année 2020, vous serez d’accord qu’on en a furieusement besoin. Je suis donc extrêmement reconnaissante à l’autrice d’avoir créé ce cocon chaleureux et accueillant qu’est le Wayfarer.

Je recommande donc chaleureusement sa lecture qui devrait être prescrite et remboursée par la Sécu. Je pense qu’elle pourrait plaire également aux allergiques à la SF tant elle est éloignée du script traditionnel. Certains n’aimeront pas l’optimisme débordant et utopique de l’autrice, moi c’est ce qui m’a plu, mais encore une fois, je suis une lectrice dilettante. Ce que j’ai trouvé dans ce récit, je ne m’y attendais pas vraiment et, surtout, je ne savais pas que j’en avais autant besoin… donc pourquoi ne pas se laisser surprendre ?


ONS EN PARLENT AUSSI

9 réflexions au sujet de “The long way to a small angry planet”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s