Adulte, BD/Comics/Manga, Jeunesse, Lectures, Séries, Séries Terminées, Science-Fiction, Young Adult

[Roman Graphique] La Cité Saturne

de Hisae Iwaoka
Traduction de Pascale Simon
ed. Kana | T.7/7 | Manga Seinen

4è de couv

La Terre est devenue une zone protégée, interdite d’accès. Pour que les hommes continuent d’habiter à proximité, une cité formant un anneau autour de la planète a été construite. Mitsu est le fils d’un laveur de carreau qui a disparu lorsqu’il nettoyait les vitres extérieures de l’anneau. À peine sorti du collège, le jeune garçon décide de reprendre le travail de son père. Arrivera-t-il à résoudre le mystère qui entoure sa disparition ?


Mon avis

Depuis que la Terre est devenue une zone protégée, les hommes vivent dans un anneau autour de la planète. Un anneau transparent afin de profiter de la lumière du soleil et dont il faut nettoyer les vitres quotidiennement. C’est le boulot du jeune Mitsu, orphelin tout juste sorti du collège, qui souhaite ainsi marcher dans les traces de son père. Avec lui, on découvre ce nouveau monde avec son lot d’inégalités, de joie, de danger et de mal de vivre.

La série s’installe dans un rythme tranquillou de tranches de vie douces-amères : notre petit héros, en nettoyant les vitres, fait des rencontres en tout genre, puis, parce que c’est un garçon adorable, il va tout faire pour leurs venir en aide et va ainsi se faire tout un tas d’amis, explorer l’anneau et en apprendre un peu plus sur cette humanité déracinée, souffrant d’un profond mal-être, peu importe à quel niveau de l’anneau elle se trouve.
Parce que, oui, la société dans laquelle évolue Mitsu souffre de grandes inégalités sociales (les riches en haut, profitant du soleil à travers des vitres bien propres, et les pauvres en bas dans une obscurité perpétuelle). Du coup, notre petit Mitsu est un vrai bol d’air frais et d’optimisme qui va créer autour de lui une grande famille d’êtres tout aussi bizarres, attachants que loufoques.

Là où l’autrice a su se renouveler, c’est qu’elle a ajouté quelques fils rouges pour pimenter tout ça : la disparition du père de Mitsu, une mission secrète pour envoyer une capsule sur Terre (le gouvernement reste très nébuleux sur l’état de la Terre et pourquoi on y retourne plus, du coup un groupe de révolutionnaires va se mettre en place) puis, peu à peu, va se révéler la corruption du système jusqu’à un final très explosif. Tout cela est minutieusement dosé de façon à ce que les amateurs de cozy/tranches de vie y trouvent leur compte sans tomber dans la routine du genre avec en prime, une fin digne de ce nom.

Ce manga a donc été une très belle surprise de par son dessin très atypique et ses personnages drôles, abîmés par la vie et hyper attachants. Il y a une douce mélancolie qui s’en dégage qui m’a immédiatement touché. Et puis, il y a aussi quelque chose de Becky Chambers dans tous ces personnages qui forment une grande famille de coeur, mais avec une amertume toute japonaise. Ce petit Mitsu est tellement adorable et voir tous ces personnages évolués a été un vrai plaisir ❤️🥺. Je regrette tellement que ce soit terminé 😭.

Merci Hisae Iwaoka. Tous les habitants de la Cité Saturne resteront à jamais dans mon petit coeur tout mou ❤️.

12 réflexions au sujet de “[Roman Graphique] La Cité Saturne”

  1. Un manga lu il y a longtemps et dont j’avais presque tout oublié: c’est sympa d’en entendre parler à nouveau. Le sujet du retour impossible à la Terre pour des raisons obscures m’évoque Nos temps contraires, manga nettement plus sombre que je pourrais conseiller, même si j’ai eu du mal avec le concept de base.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s