Fantasy, Lectures, Séries, Séries en Cours, Young Adult

Fleurs d’Oko T.1/? #PLIB2022

de Laëtitia Danae | ed. Snag | YA/Fantasy | 421 pages
#ISBN9782490151264

4è de couv

L’histoire prend place au royaume de Sangaré, une société matriarcale subdivisée en plusieurs tribus, aussi appelées  » terres « . La capitale (terres d’Ivoire) en est le noyau central. Plus les terres sont proches de la capitale, plus elles bénéficient de privilèges.
Ex : Oko la Cendrée vient de la tribu Cendrée, qui fait elle-même partie du Lointain. Aux yeux de la royauté, ces terres ne présentent qu’un intérêt limité.

Dans cette société, la religion est omniprésente. On prie une grande Déesse, mère de toute chose, reconnue pour sa sagesse et sa bonté. On dit qu’elle a attribué les pleins pouvoirs aux femmes, et que, depuis, il leur incombe de diriger pour prendre soin du monde qu’elle a créé. Ainsi, les femmes sont les grandes décisionnaires de cette société, ce sont elles qui mènent le monde. Les hommes, eux, sont chargés de réaliser les travaux les plus pénibles et de faire la guerre pour elles, tout en leur obéissant aveuglément. Une infime partie de la population masculine est dotée de pouvoirs magiques. Il est extrêmement rare qu’une femme bénéficie de ce don.

Oko est une jeune fille qui a grandi auprès d’un père aimant et d’une mère souvent absente. À l’âge de 16 ans, son père, ainsi que tous les hommes de son village, a fait l’objet d’une cueillette afin d’aller mener une guerre de conquête pour la reine. Son père n’en est jamais revenu.
Sa mère, Diango, dirige le village avec les autres sages depuis longtemps. Ses stratégies et ses bons conseils sont respectés par tous. Après la mort de son époux, elle fuit ses responsabilités de mère en embrassant sa carrière de dirigeante. Tant et si bien qu’elle est recrutée par une autre tribu, plus proche de la Capitale que la tribu Cendrée. Depuis plusieurs années maintenant, elle néglige sa fille et ne vient plus la voir…

Oko a 22 ans le jour où elle apprend que Shomari l’Amaranthe recherche un aspirant pour lui succéder. Reconnu comme le plus grand envoûteur du monde, il a œuvré aux côtés de la reine d’Ivoire, de sa mère avant elle et même de sa grand-mère. Après de bons et loyaux services, Shomari désire passer la main. Pour cela il voyage dans tout Sangaré, à la recherche d’un apprenti à la hauteur.

N’ayant plus de points d’accroche dans son village, Oko décide de se présenter à Shomari. Elle sait que ses chances sont limitées, car il est connu que les pouvoirs magiques, lorsqu’ils sont maniés par une femme, ne sont pas aussi étendues et puissants que ceux d’un homme. De fait, elle sera fatalement désavantagée face aux autres.

Mon avis

Ce titre faisant partie des 5 finalistes du PLIB 2022, en tant que membre du jury, il m’incombe donc de le lire et d’en faire une critique (que j’ai aimé ou pas ma lecture) 😊.

Tout est dans la (très longue 😄) 4è de couv’ qui compensera, je l’espère, la brièveté de mon retour. Si vous suivez un minimum mon blog, vous savez que ce type d’histoire n’est pas du tout mon genre de prédilection. On est complètement dans du YA qui s’assume 😊. J’ai zéro problème avec ça, si ce n’est que je ne suis définitivement pas la cible et que je n’y serai jamais allée de moi-même (même par curiosité et avec raison). Donc je ne vais pas critiquer un texte qui ne m’est clairement pas destiné.

La seule chose que j’en retire et que je souhaite partager concerne le worldbuilding. J’ai été très agréablement surprise de lire un univers de Fantasy basé sur la mythologie africaine. On est dans du ownvoice (il me semble) et ça change en bien 😁. Rien que pour ça, je regrette vraiment que tout le reste ne soit pas du tout ma tasse de thé.

Donc, si vous n’avez aucun souci avec les tropes YA, c’est à tenter, ne serait-ce que pour le beau voyage 😊.


Pour d’autres avis : Fleurs d’Oko