Adulte, Aux Forges de Vulcain, Fantastique, Lectures

La Dixième Muse

d’Alexandra KOSZELYK | ed. Aux Forges de Vulcain | Fantastique poétique | 205 pages

Au cimetière du Père Lachaise, des racines ont engorgé les canalisations. Alors qu’il assiste aux travaux, Florent s’égare dans les allées silencieuses et découvre la tombe de Guillaume Apollinaire. En guise de souvenir, le jeune homme rapporte chez lui un mystérieux morceau de bois. Naît alors dans son cœur une passion dévorante pour le poète de la modernité. Entre rêveries, égarements et hallucinations vont défiler les muses du poète et les souvenirs d’une divinité oubliée : Florent doit-il accepter sa folie, ou croire en l’inconcevable ?

Dans cet hommage à la poésie et à la nature, Alexandra Koszelyk nous entraîne dans une fable écologique, un conte gothique, une histoire d’amours. Et nous pose cette question : que reste-il de magique dans notre monde ?

Vous voyez cette magnifique couverture ? Elle retranscrit très bien mon ressenti tout le long de ma lecture. La sensation qu’une nature belle et odorante s’infiltre sous chaque mot pour envahir peu à peu mon petit appartement de banlieue. Quel bonheur !

Je vais éviter de trop en dire car il s’agit d’un de mes fameux « livres expériences » comme il y en a de temps en temps ici 😅. Et la 4è de couverture en dit déjà beaucoup. On va suivre Florent, un trentenaire anesthésié dans un quotidien rassurant, qui, à travers une rencontre fortuite avec la tombe d’Apollinaire et une curiosité naissante autour de la vie du poète, va s’ouvrir à la vie ainsi qu’à une certaine forme de folie.

La plume d’Alexandra Koszelyk est magnifique, onirique, poétique…. bref, c’est beau ! Elle m’a fait redécouvrir Apollinaire et ses muses que je ne connaissais pas. Autant vous dire qu’en ces temps de pandémie et de restriction de nos libertés fondamentales, cette ode à la nature, à la beauté et à la vie m’a fait énormément de bien.

Outre la plume de l’autrice, j’ai particulièrement apprécié le traitement du deuil. Je parle d’ode à la vie, mais bien évidemment, son pendant naturel n’est pas bien loin et je le trouve ici vraiment bien abordé, notamment à travers une galerie de personnages tout en justesse.

La dixième muse est une merveilleuse expérience que je souhaite à tout le monde. Et quant à moi, je vais de ce pas aller découvrir le précédent livre de cette autrice que je vais suivre assidûment. 😊

6 réflexions au sujet de “La Dixième Muse”

  1. C’est étonnant. Je ne peux pas dire que ça me tente particulièrement, mais c’est étonnant. L’aspect nature et poésie me fait penser au « Sentier des astres » de Stefan Platteau. Est-ce que ça peut s’en rapprocher dans l’esprit ou pas du tout ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s