Critic, Fantastique, Lectures, Young Adult

Le Phare au Corbeau

de Rozen Illiano | ed. Critic | 1/? | Fantastique | 350 pages

Agathe et Isaïah officient comme exorcistes. L’une a les pouvoirs, l’autre les connaissances ; tous deux forment un redoutable duo.

Une annonce sur esoteric.net, le réseau social des sorciers, retient leur attention. Un confrère retraité y affirme qu’un esprit nocturne hante le domaine d’une commune côtière de Bretagne et qu’il faut l’en déloger. Rien que de très banal. Tout laisse donc à penser que l’affaire sera vite expédiée.

Cependant, lorsque les deux exorcistes débarquent sur la côte bretonne, le cas se révèle plus épineux que prévu. Une étrange malédiction, vieille de plusieurs générations, pèse sur le domaine de Ker ar Bran, son phare et son manoir.

Pour comprendre et conjurer les origines du Mal, il leur faudra ébranler le mutisme des locaux et creuser dans un passé que certains aimeraient bien gardés enfoui…

J’aime mes histoires de fantômes comme n’importe qui. C’est très difficile d’innover le genre, vu et revu, mais tant que la ballade est belle, je me laisse facilement convaincre. Autant dire que j’ai été déçue.

Entrer dans une oeuvre quand on n’adhère pas au style de l’auteur relève du défi. Cette narration où l’on suit le point de vue de l’héroïne, Agathe médium de son état, du début jusqu’à la fin m’a été pénible. La cause en est principalement la familiarité du texte. Certains y verront de la modernité et du franc-parler, personnellement, j’ai plus eu l’impression d’être coincée dans la tête d’une adolescente qui se flagelle sur des chapitres entiers. Du coup, même si elle m’était sympathique au départ, elle m’a très vite fatigué.
À côté de ça, l’autrice a réussi à créer des personnages secondaires prometteurs, mais malheureusement ne les utilise pas.
Vient ensuite s’ajouter une ambiance qui, pour moi, n’a pas pris. Mise à part quelques passages où les esprits se manifestent qui ont su me captiver, je suis restée complètement extérieure à l’histoire, aux personnages et à ce qui s’y passait. Et comme l’histoire en elle-même est somme toute très classique, j’ai très vite décroché pour finir le livre en diagonale.

J’avais de grands espoirs pour cette lecture. L’univers créé par Rozen Illiano sur Onirography m’a longtemps interpellé, son grand projet me titillait mais pour moi il y a un trop grand écart entre l’univers proposé et le style d’écriture. Je me demande du coup si Le phare au corbeau est très représentatif de sa plume ?

En conclusion, si ce n’était pas pour le challenge ABC, je n’aurais pas écrit cet article. J’ai, peut-être à tort, beaucoup de mal à écrire sur ce que je n’aime pas, car j’ai le sentiment que ce n’est pas juste vis-à-vis du créateur. Lire un livre, c’est comme faire une rencontre. Chacun vient avec son passif, ses expectations, son humeur du moment. L’alchimie passe ou pas et ce n’est, finalement, la faute à personne.


Lettre I du challenge ABC – check!


ONS EN PARLENT MIEUX QUE MOI

2 réflexions au sujet de “Le Phare au Corbeau”

  1. Bravo, à cause de toi je ne lirai pas ce livre.
    *laisse œuvrer la culpabilisation*
    Mais non, de toute façon je ne comptais pas le lire, je ne suis pas trop fantômes. =P
    Et personnellement, j’aime autant les avis « négatif » que positif. Tant que ce n’est pas juste pour dire « c’est nul, l’auteur.ice est incapable », ça ne me paraît pas irrespectueux, ça peut tout aussi bien permettre à un autre lecteur de voir si le livre peut être pour lui.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s